Le navire musée «Suur Tõll» est un brise-glace à vapeur, construit en 1914 en Pologne, et est connu pour être le brise-glace le plus avancé de son temps. Il est aussi le plus grand brise-glace à vapeur toujours existant au monde et le seul navire à vapeur d’avant-guerre survivant dans la Mer Baltique. «Suur Tõll» est ouvert aux visiteurs à Lennusadam, Tallinn.

Evénements-clés de l’histoire maritime estonienne

  • Les Vikings en Estonie (qui vécurent sur l’île de Saaremaa) étaient appelés les Oeseliens. Ils sont mentionnés pour la première fois dès le IIème siècle avant J.-C. dans la Géographie de Ptolémée. Leurs voiliers étaient appelés bateaux pirates par Henri le Letton dans ses chroniques latines du début du XIIIème siècle. Le raid le plus célèbre fait par les pirates estoniens fut en 1187, avec l’attaque de la ville suédoise de Sigtuna par des pillards finnois de Courlande et d’Estonie. Parmi les victimes de ce raid se trouvait l’archevêque suédois Johannes.
  • Un navire à bordages à clin, avec les restes de sept personnes, a été découvert en automne 2008 sur l’île de Saaremaa. Il est vieux de plus de 1100 ans.
  • Historiquement, la quasi-totalité des colonies côtières estoniennes étaient des villages de pêcheurs.
  • Beaucoup d’anciens villages de pêcheurs, où posséder des bateaux et pêcher était interdit pendant l’occupation soviétique, sont devenus des villages touristiques ; ceux-ci comprennent Altja, Vainupea, Karepa, Toolse, Kalvi, Aa, Toila, Oru et Voka.
  • Le « jaala » est un voilier traditionnel à deux mats des Suédois estoniens originaires de la petite île de Ruhnu, utilisé à partir de 1860 à 1920. C’est un magnifique voilier côtier avec une haute proue et une silhouette gracieuse. En moyenne, les jaalas faisaient environ 10 mètres de long et 3 mètres de large.
  • La barge Peïpous ou «lodi» en estonien est un voilier à un mat unique adapté pour le transport sur le Lac Peïpous et ses rivières. Selon les historiens, le lodi était utilisé pour le commerce hanséatique sur la rivière Emajõgi dès le 14ème siècle. Selon le Musée maritime estonien, le lodi Peïpous est un des plus grands bateaux fluviaux à bardages à clin au monde.
  • La barque monoxyle (taillée dans un unique tronc d’arbre) finno-ougrienne ou « haabjas » est probablement l’un des plus vieux types de bateau et l’ancêtre des bateaux en planches modernes. Les Haabjas ont été utilisés comme bateaux de pêche et de transport pendant l’âge de pierre. Selon les croyances populaires on ne pouvait seulement abattre l’arbre choisi qu’avec un vent soufflant du Nord et une lune descendante, et aussi, l’arbre devait tomber contre le vent. Ceci était sensé protéger la barque monoxyle contre la pourriture. On croyait également que si le tronc tombait loin de la souche, la barque serait rapide.
  • Enn Uuetoa, souvent connu comme «Kihnu Jõnn» fut le premier Estonien à naviguer les océans comme capitaine. Kihnu Jõnn est enterré sur l’Île de Kihnu, près de la porte principale du cimetière. Ses restes ont été amenés sur l’Île depuis le Danemark en 1992.
  • Il y a beaucoup de vieilles épaves à explorer le long des côtes. En raison de sa position géographique unique et de son histoire, il est estimé qu’approximativement 40 000 petits et gros bateaux ont coulé dans les eaux estoniennes.
  • Le Mémorial Russalka est un monument commémoratif à propos du naufrage du navire de guerre russe Rusalka. Le monument représente un ange tenant une croix orthodoxe dans la direction présumée du naufrage. Sous le régime soviétique la croix a été enlevée et l’ange pointait vers la mer avec sa main nue. L’épave elle-même de la Rusalka était perdue pour 110 ans jusqu’en juillet 2003, lorsqu’elle a était découverte dans le Golf de Finlande, 25 kilomètres au sud d’Helsinki.
  • En 2000, un groupe d’Estoniens a fait naviguer le drapeau estonien autour du monde à bord d’un yacht appelé «Lennuk».