La côte calcaire de l’Estonie du Nord ressemble à la  version rocheuse d’un livre d’histoire du monde, témoignant des mouvements et des collisions des plaques tectoniques, des éruptions volcaniques, des impacts de météorites et de l’action abrasive de la mer et des anciennes rivières. Même de nos jours, 600 millions d’années plus tard, ces couches de roches sédimentaires sont exactement les mêmes que lorsqu’elles se sont déposées sur le fond de la mer.

Des falaises calcaires riches en fossiles

Le klint calcaire provient d’une mer tropicale – à une époque où le bouclier baltique était encore à la dérive près de l’équateur. Le klint consiste en des restes de coquilles calcaires d’organismes marins fossilisés. De nombreux fossiles peuvent être vus dedans ainsi que des coraux et des trilobites.

La mince couche de terre sur le klint abrite des communautés uniques de plantes – des prairies d’alvar, riches en genévriers, peuvent être trouvées en Estonie et dans certaines régions du sud de la Suède. Entre les couches de calcaire, il y a les schistes bitumeux, la principale source d’énergie fossile de l’Estonie ; ils sont formés d’algues primitives. Les schistes bitumeux estoniens sont considérés parmi ceux de meilleure qualité au monde.

Des cascades et des rapides spectaculaires

Débouchant au-dessus du klint, la plupart des rivières du nord de l’Estonie forment des rapides pittoresques et des petites cascades. Les plus élevées sont les chutes de Valaste de 32 mètres, et les plus puissantes les chutes de Jägala. La période la plus passionnante pour les visiter est en hiver, lorsque l’eau gèle, formant de magnifiques grottes et formations de glace.

Le calcaire est la roche nationale estonienne, et il a également été appelé le « marbre nordique ». Il a été utilisé durant plus de 2 000 ans comme matériau de construction. La Vieille Ville de Tallinn et beaucoup de forteresses et de manoirs dans le pays ont été construits en calcaire. Il a même été exporté à Saint-Pétersbourg pour la construction des palais du tsar.