De l’époque de l’animisme, les Estoniens ont hérité une large collection de chansons aux versets distinctement structurés. La plupart du patrimoine de l’Estonie est préservé à travers les vieilles chansons folkloriques et les légendes qui ont été « chantées » (plutôt que transmises) de génération en génération.

Elles ont été seulement écrites lors de la première période d’indépendance de l’Estonie (1918 – 1939). La période entre les deux guerres mondiales a été cruciale pour la préservation et la popularisation du folklore estonien. Durant cette période, toutes les légendes, chansons, et croyances ont été soigneusement recueillies et examinées pour mieux comprendre leurs significations.

Ces chansons couvrent la totalité du cycle de la vie,  allant de la naissance au mariage et de la mort à la vie après la mort. Elles étaient aussi utilisées pour accompagner le travail quotidien.

Des nouveaux compositeurs et écrivains nationaux ont créé leurs œuvres sur la base de ces résultats de recherche, parmi eux Eevald Aav, Eugen et Villem Kapp composèrent des opéras à propos des héros nationaux. Eduard Tubin a créé le ballet « Kratt » et diverses symphonies.

Les chœurs sont devenus une manière de communication importante pour interagir culturellement et la musique chorale estonienne est très distincte dans la façon dont elle utilise l’harmonie et les textes nationaux. Les chansons ont un rôle important à ce jour, et le Festival du Chant Estonien est le meilleur endroit pour vivre l’expérience de cette musique chorale.

L’Estonie a plusieurs festivals folkloriques annuels tel que le Võru Folk et le Festival de Musique Folklorique de Viljandi, où des chanteurs et des musiciens du monde entier se réunissent et interprètent des chansons de différentes cultures et croyances. Ils jouent et interprètent aussi différentes énigmes, légendes et mythes.